1968 : la coupure de la boucle de Bois Français


Accueil > Mémoire du risque > Histoire des endiguements > 1968 : la coupure de la boucle de Bois Français
> Créé le 14 juillet 2008 | Modifié le 21 novembre 2009
Mai 1967 : le chantier du nouveau chenal.
« A 11 h 17, heure de Grenoble, l’Isère a obéi aux hommes des Ponts & Chaussées et changé de lit »... C’est sous ce titre que, le 2 février 1968, Le Progrès rend compte de l’événement survenu la veille. Compte-rendu détaillé.

Dans un paysage d’hiver, sous le soleil tant espéré pour le jour d’ouverture des Xe Jeux Olympiques, une plaine plantée d’arbres qui fait irrésistiblement penser au peintre Carzou (on n’a jamais dessiné aussi poétiquement que lui les arbres, les forêts dépouillées), une décision humaine a voulu qu’une rivière importante, l’Isère, changeât de lit. Il aura fallu, bien sûr, plusieurs décennies mais, contre l’Isère, une offensive généralisée s’est manifestée, dans la foulée olympique, puisque le transfert d’un aérodrome et le dessin d’une autoroute, ont voulu que rien ne soit laissé au hasard et puisque l’Isère se prélassait dans ses méandres, dénoncée maintes fois, on allait s’occuper d’elle « manu militari ». Certes, beaucoup de militaires, de CRS, de gendarmes se concentrent d’ans le périmètre grenoblois mais ce sont les civils des Ponts et Chaussées qui furent chargés de l’opération car les mythes s’effondrent dès qu’il s’agit de détruire pour construire. On a fait la guerre pour l’Isère pour la bonne cause.

11 h 17 : le premier coup
Trois cents personnes environ, venues en voitures, à bicyclette, à pied, où les enfants parfois tenaient par la main le grand-père, se sont rassemblées sur les berges pour assister à l’événement historique. Le suspense dura quelques instants. A 11 h 17, la pelleteuse puissante dont le moteur «  tournait » au ralenti depuis une heure, « pilotée » par un homme au geste sûr, M. Louis Charvet, donna le premier coup de butoir dans la muraille de terre séparant le lit habituel de l’Isère, avant la boucle dite du « Bois Français » et le nouveau lit rectiligne préparé 3 mètres plus bas.

Après sept allers-retours de la benne, la brèche fut ouverte tandis que s’achevait le compte à rebours. Les techniciens qui avaient prévu le dépannage de la grande draguine par un bulldozer se hâtèrent de retirer leurs puissants engins des lieux devenus dangereux tandis que l’eau noire et coléreuse poussait ses coups de butoir. Très rapidement le cours obligatoire infligé à l’Isère s’amplifia. Les ingénieurs avaient calculé exactement la courbe, le tracé, prévu les caprices du déversement et il était agréable d’entendre les commentaires flatteurs de ceux qui avaient recueilli les confidences au préalable.

L’Isère effectuera elle-même son déblai
M. Rivasson, ingénieur des Travaux Publics, nous communiqua les précisions indispensables qui nous permettent de comprendre aisément ce qui venait de se passer. Ecoutons-le : « Les travaux menés par plusieurs entreprises dont le Piller ont commencé en mars 1967.

JPG - 8.5 ko
Le nouveau chenal terminé.

La boucle de l’Isère, longue de 3 kilomètres 220, a été ramenée à un chenal de 900 m environ, d’une largeur de 108 à 110 mètres et qui se trouve dominé par une berge empierrée capable de contenir une crue de 1100 mètres cubes-seconde, et d’une digue plus haute, capable de résister à la plus forte crue, celle de 1859, de 2.000 mètres-cubes-seconde ». A la question : « Que fera-t-on des hectares récupérés » ’’, M. l’ingénieur répond : « Un syndicat intercommunal est en train d’étudier une question relative au tourisme : la création d’un plan d’eau, avec projet immédiat de caravaning. On pense aussi à intensifier la culture du maïs ».

L’eau roule ses flots de plus en plus impétueux et, parce que nous admirons l’étalement en force de l’Isère, notre « cicérone » nous sourit en nous révélant ce que sera « le travail de déblai hydraulique » c’est à dire comment« l’Isère pendant deux mois sans crue pourra établir son lit d’équilibre ». Une autre précision nous fut communiquée par un riverain : « Il y a trois cents pêcheurs à Domène qui la verront mauvaise, plus ou moins à cause des poissons surpris et de la boucle éliminée », puis, (avec un soupir) : « L’axe de l’Isère faisait limite entre Saint-Ismier et Le Versoud. C’est Le Versoud qui perd de la terre mais tout le monde s’entendra finalement pour l’assainissement de la vallée du Grésivaudan ! »

Cette nuit, l’Isère poursuivra son travail d’érosion... Elle aura peut-être l’intention de « grignoter » à l’amont, demeurant sage à l’aval. Mais les hommes ont prévu certains caprices, et surtout les brusques colères engendrées par la fonte des neiges !

Christian Gali, Le Progrès, 2 février 1968.

Agapes et réjouissances

Voilà la sagesse populaire, celle qui réclamait depuis longtemps la fameuse coupure de la boucle. Elle devait être évoquée trois fois à l’issue du déjeuner qui réunissait, aux « Mésanges », MM. Paquet, Buisson, Boeuf, respectivement député, président du Conseil général et conseiller, le Comité de l’association départementale (MM. Fayn, Garavel, Pissetty, Vaussenat, Barran, Girin, Grange, Darbon, Poinard), les maires des communes riveraines : MM. Bidal (Bernin), Millon (Saint-Nazaire), Broche (Saint-Ismier), Mémain (Montbonnot), Gamond (Villard-Bonnot), Miguet (Le Versoud), Reynier-Prat (Domène), et l’administration de l’Equipement : M. Léger, directeur départemental, Belli-Riz, Thénault (ingénieur général des Ponts et Chaussées), Rivasson, Mathieu, Maurice, Relave, Gaboric, Nicole, Nicoud, Lengrand et Pavi.

A lire aussi

Que dire de la coupure de la boucle de Bois Français quarante ans après ?

JO moins 4

A quatre jours de l’ouverture des JO de Grenoble, la foule se presse du côté du Versoud.

2 février 1968, 11 h 17

A 11 h 17, heure de Grenoble, l’Isère a obéi aux hommes des Ponts & Chaussées et changé de lit.

Spectaculaire

Trois cents personnes environ, venues en voitures, à bicyclette, à pied...

Raccourci

Longue de 3,2 km, la boucle a été ramenée à un chenal de 900 m.

Fin de chantier

Dans les jours qui suivent, la boucle est fermée...

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre | Haut de page